Circonscription 8 : Rennes centre et à l’ouest de la métropole

circo08_petit

Candidats 8eme Circonscription

Candidats

  • Mistral Oz
  • Jean-Marc Duval

Pourquoi voulez-vous pirater la 8e circonscription ?

Mistral :

Si je me suis engagé au Parti Pirate c’est parce que j’ai des attentes précises et que je veux des politiques qui y répondent. En 2012, j’en ai eu assez d’écouter les politiques à la radio répondre à toutes les questions par la même réponse. J’avais un peu peur car je n’étais pas sur de connaître les « dossiers »… mais depuis, j’ai lu ces « dossiers » et je me suis aperçu que beaucoup d’élus en place ne les lisaient pas. Ou s’ils demandaient à un assistant de les lires pour eux, ils n’en retiendraient que ce qui va dans le sens de ce qu’ils avaient prévus. Et assez des « dossiers », un politique ne doit pas faire ce qui est possible mais il doit créer un contexte favorable à ce qui est souhaitable, et qui est attendu par les citoyen-ne-s. Pour ça, il faut parfois juste regarder par la fenêtre, échanger avec ses voisins et rêver ensemble.

Je défends avec convictions ce qui est présenté dans notre déclaration de politique générale (nos valeurs) et nous apporterons des propositions concrètes et qui concernent tout le monde. Je ne fais pas un tri et je défendrai toutes ces positions car elles sont l’essence de nos combats. Je réponds à l’exercice en vous une sélection de sujets qui me tiennent à cœur en ce moment afin de vous faire une idée :

  • Un monde juste, et plus exactement : équitable. Nous ne naissons pas libres et égaux. Nous devons tenter de rééquilibrer cela et ça doit passer par des lois exceptionnelles car les injustices sont encrées durablement dans la société. Je pense en particulier aux femmes parce qu’elles représente plus de 50% de la population et si même elles ne peuvent imposer l’égalité, aucune minorité ne le pourra jamais. Pour cela, nous devons passer des lois et imposer l’égalité des salaires (puisque aucune mesure douce ne suffira à convaincre les hommes de partager), et nous devons changer aussi nos représentations : à l’école et avec les personnels de l’administration qui s’occupent de l’accès au droit pour les familles (crèche, aide aux parents pour l’accès aux formations professionnelles, les congés parentaux, etc). Tout cela permettra de rendre la société plus juste pour tous : pour les femmes, certes, mais aussi pour les hommes. Aujourd’hui, ce monde patriarcal n’aide en rien à l’émancipation de chacun. Lorsqu’un Papa veut prendre un congé pour s’occuper de son enfant malade, s’il veut travailler avec les petits enfants (la suspicion de pédophilie n’est jamais loin dans l’imaginaire collectif : pourquoi un homme ferait un métier « de femme » si ce n’est pour une raison malsaine ?). Etc. Bien évidemment, être féministe, ce n’est pas juste par bonté d’âme pour un homme comme moi mais pour avoir un monde meilleur pour moi, pour mes enfants, et en fait, pour tous.
  • Plus généralement sur les autres « minorités » : que ce soit la couleur de peau, la religion, l’origine de naissance, des handicaps (nombreux et pas toujours directement visibles comme les difficultés d’audition) etc. Aujourd’hui beaucoup d’efforts sont fait mais de manière très insuffisante. L’accès aux bâtiments publiques pour les PMR est loin d’être une réalité. Un « noir » se fait plus contrôler ses papiers qu’un blanc. Une personne d’origine populaire, souvent identifiable au langage utilisé sera mis de coté. Des minorités, il y en a énormément dans une démocratie. Selon Paul Ricoeur : « Est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c’est-à-dire traversée par des contradictions d’intérêt et qui se fixe comme modalité, d’associer à parts égales, chaque citoyen dans l’expression de ces contradictions, l’analyse de ces contradictions et la mise en délibération de ces contradictions, en vue d’arriver à un arbitrage ». Aujourd’hui, le problème des « minorités » qu’on oppose les unes aux autres, c’est que chacun peut faire parti d’une minorité d’un certain point de vue. Faire une programme politique pour « la majorité » n’a alors strictement aucun sens car si cette majorité est « l’homme blanc de plus de 50 ans »… ce n’est pas très difficile de constater qu’il y en a moins que de femmes, d’homme sous la tranche d’age ou non blanc tout confondus. C’est pourquoi le politique doit s’intéresser aux car diversifiés des minorités car si le programme est fait que pour une supposé majorité (et souvent qu’une partie d’entre eux), on est très loin de promouvoir la démocratie.
  • Un monde pacifié. Ou pour être plus exact, une action politique non interventionniste. La France, en l’espèce, a fait beaucoup de tord en voulant réparer ce qu’elle jugeait comme des pailles dans l’œil de ses voisins. Nous devons nous retirer et être beaucoup plus humble sur des situations géopolitiques que nous ne maîtrisons pas. Ca ne veut pas dire de supprimer toute action de soutiens aux populations, ou de supprimer la bombe nucléaire du jour au lendemain, mais nous ne devons pas arbitrer les conflits à la place des populations. Protégeons les peuples, finançons l’aide humanitaire, l’éducation dans le monde. Ne vendons plus d’arme à quiconque. Arrêtons d’en faire le fleuron de nos industries : on peut faire de la croissance et de l’emploi sans inventer la nouvelle mine anti-personnelle « French Tech ». De plus, pour que ce monde ailleurs mieux, on doit défendre les ressources naturelles des pays les plus en difficultés. « Défendre » en taxant les entreprises qui veulent nous vendre l’Amazonie en kit à monter soit même, défendre en finançant l’aide au développement pour qu’ils aient les moyens de sortir de la misère, d’exploiter eux-mêmes leurs ressources mais tout en le faisant de manière
    durable et responsable. Ce monde pacifié passe nécessairement par l’Europe (aussi imparfaite et non exemplaire soit-elle, il faut être exigeant mais maintenir cette alliance de « libre échange »… mais surtout cette union motivée par le profit la de paix).
  • La culture et les arts. Permettre à tous d’en profiter, de les juger, de les financer. Des civilisations anciennes, il ne nous reste quasiment que l’art et nous en avons déduit leurs modes de vie. Je suis convaincu que la création originale des arts permets de questionner notre société et de la faire évoluer.

 

  • Parce que l’état d’urgence n’est pas la solution,
  • Parce que la surveillance de masse n’est pas une solution,
  • Parce que la restriction des libertés n’est pas la solution,
  • Parce que la production intensive n’est pas la solution,
  • Parce que le retour de l’intégrisme n’est pas la solution,
  • Parce que le repli sur soi n’est pas la solution,
  • Parce que la condition des femmes n’est pas satisfaisante,
  • Parce que le monde change, nos connaissances évoluent, et pourtant l’obscurantisme ne cesse de se répandre,
  • Parce qu’une société doit prendre en charge toutes les diversités qui la compose,
  • Parce qu’on ne doit laisser personne sur le bas de la route,
  • Parce qu’une société éduquée est une société forte,

Pour toutes ses raisons, le Parti Pirate peut apporter une solution.

Jean-Marc Duval

 

Les député de l’Assemblée Nationale représente toute la nation (oui, même s’il est élu en Auvergne, il sera amené à se prononcer sur Mayotte). Cependant, ils sont élus selon un découpage territoriale (la circonscription). En Ille-et-Vilaine, il y a 8 circonscriptions. Le Parti Pirate présente 3 candidatures autours de Rennes sur les circonscriptions 3501, 3502 et 3508. Ces sont des circonscriptions tantôt riches, tantôt pauvres. Tantôt rurales, tantôt urbaines. Nous n’avons pas fait de calculs sur les circonscriptions qui sont les plus facile à gagner, nous voulons simplement laisser la possibilité au maximum de citoyens de voter pirate. Nous avons dû simplement nous limiter pour des questions de budget.